Il a gagné ! 

Cela fait trois semaines que nous suivons Mickaël Humbert, barista au Verde Nero, dans sa quête : le championnat de France de café. Réjouissez-vous, il s’est brillamment emparé de la première place cette semaine à Lyon. Notre magicien du Latte art n’a pas beaucoup dormi mardi soir.

Quelques jours plus tôt, jeudi 19 janvier, Mickaël découvrait Lyon des rêves plein la tête. Depuis des mois, il s’entraîne durement pour réussir l’épreuve de latte art. L’an dernier, l’histoire s’était achevée au pied du podium.

Parmi les concurrents, deux en particulier se tenaient entre lui et la médaille d’or. L’un champion de France de café en 2009 et 2013, l’autre vice-champion de France de l’édition précédente.

Pourtant, dès le tour préliminaire, Mickael Humbert s’est rassuré. Huit minutes pour réaliser deux free-pour identiques (https://lc.cx/JpaU) puis deux designer latte identiques sur scène face au public. Puis dix minutes pour dessiner dans un latte le plus beau motif qui soit. Mickael opte pour un perroquet.

Un coup d’œil vers ses adversaires. Il se sent bien. Il réalise les épreuves les unes après les autres, la mécanique est huilée, c’est l’heure de boire du café. Qualifié pour la phase finale, Mickaël sait qu’il faut rester attentif.

Le public et la mousse de lait s’épaississent : la finale peut débuter. Cinq minutes de préparation, dix de compétition. Il faut composer six boissons. Deux free-pour identiques, deux designer latte identiques (comme lors du tour préliminaire) et deux machiatto free-pour identiques.

9 minutes 40 secondes. La machine nettoyée, Mickaël sait que son temps est bon. Il est plutôt content de lui. Le jury délibère…

Cette année, le champion de France de café, catégorie latte art, est bordelais. Mickaël n’a pas le temps d’ exulter. Le titre remis que déjà, le championnat du Monde se profile.

Car si il est incontestablement le meilleur français, le jury l’avertit. La compétition qui se déroulera à Budapest les 13 et 14 juin prochain sera d’un autre niveau. Il lui conseille notamment de créer de nouveaux motifs.

Mickaël est de retour au Verde Nero ce Vendredi. Venez le féliciter, il le mérite. Venez l’encourager, il va en avoir besoin. La semaine dernière, nous parlions du meilleur latte art de France. C’est fait.

Visons plus haut : bientôt, à Bordeaux, nous dégusterons le meilleur, le plus beau latte art du Monde. Retrouvez, en attendant, les créations de Mickaël sur sa page instagram (https://www.instagram.com/mikmika99/) .

A très vite…

Lexique

free-pour : terme anglo-saxon, indiquant une façon de faire des motifs en versant le lait sur l’espresso librement, sans toucher la surface et sans utilisation d’ustensiles pour dessiner). https://youtu.be/sBG8O430uOg?t=1m

designer latte : contrairement au free-pour, cette façon de faire autorise l’utilisation d’ustensiles ou de décorations diverses (très souvent comestible).

macchiato free-pour : comparable au latte free-pour le macchiatto free-pour est réalisé dans une tasse plus petite.

L’échéance approche pour Mickael, notre barista. Plus qu’une semaine d’entraînement avant l’ouverture des championnats de France de café. Il s’est confié sur ses attentes, sur son avenir…

Comment t’es tu retrouvé à concourir au championnat de France de café en catégorie latte art ?

Ma première participation date de 2015. A l’époque, j’étais barman et je voulais intégrer le monde du café [lien possible vers le premier article]. C’est compliqué si tu n’es pas barista confirmé. Passionné de café et de latte art, je me suis lancé dans l’aventure afin de rencontrer un maximum d’acteur du monde du café. J’ai réussi, peu de temps après, j’avais trouvé un emploi de barista à Paris.

Et ensuite ?

Je me suis rendu compte que je n’étais pas trop mauvais. Alors j’ai de nouveau participé en 2016. J’ai fini au pied du podium, c’était frustrant. Là, cette année, mon objectif, c’est vraiment de finir dans les trois premiers.

 Tu vises donc la première place….

Voilà, tant qu’à faire (rire). Non plus sérieusement, il y a moins de participant à cette édition, mais leur niveau augmente, d’année en année.

« Il faut que la mousse soit assez élastique tout en étant onctueuse et épaisse ».

J’imagine que tu t’entraînes durement, surtout ces derniers jours.

Au quotidien, un petit peu. Mais je ne peux pas consacré tout mon temps à ma préparation durant mes heures de travail. Après, c’est sûr, même dans le speed du service j’essaie de réaliser de jolies figures. Pas celles que je prépare pour le championnat. Celles-là sont secrètes.

Et en dehors du Verde Nero ?

Depuis trois mois je vais m’entraîner chez maxicoffee à la La Teste-de-Buch un jour par semaine. J’arrive vers les coups de 10 h pour repartir vers 18 h.

Quelles sont les techniques, les qualités pour confectionner un grand latte art ? 

Il faut maîtriser la mousse de lait. C’est essentiel, et c’est une des étapes les plus difficiles. Si tu fais une mousse trop épaisse, ça fera un gros pâté, une grosse tache. Si elle est trop liquide, ton dessin ne marquera pas, le motif fuira. Il faut que la mousse soit assez élastique tout en étant onctueuse et épaisse. En fait, le geste doit être régulier. Pour cela, il n’y a pas de secret, il faut répéter, encore et encore, les figures.

«On compare souvent le latte art à la musique ou au sport ».

Ah oui. C’est vraiment sportif alors !

Exactement. On compare souvent le latte art à la musique et au sport. En musique, lorsque tu débutes, tu es raide, un peu maladroit. Avec la pratique tu es de plus en plus souple, de plus en plus à l’aise. Tes mouvements de poignets sont plus sûr, tu comprends mieux la tasse. En compétition, tu ajoutes la pression, le chronomètre, le jury, les personnes qui te filment,… Ce n’est pas toujours évident.

Comment envisages-tu l’après championnat ? Si tu gagnes par exemple….

 Ça serait une grande satisfaction personnelle. L’intérêt est aussi professionnel. Pour le Verde Nero et pour moi. J’aurai une plus grande crédibilité, une plus grande légitimité dans le monde du café.

Te vois tu participer aux championnat du Monde [le vainqueur français de chaque épreuve y participe ?

Je vivrai ça comme la récompense ultime. Et je n’aurai pas de pression. Le niveau mondial est très très élevé. Par exemple, en latte art, le meilleur barista français est arrivé vingtième. Il y a une soixantaine de pays représenté : le championnat du monde, c’est du sérieux ! Y participer doit vraiment être énorme.

Dans cette dernière ligne droite venez nombreux et nombreuses encourager Mikael dans sa quête du titre national. Il vous remerciera du plus bel latte art de Bordeaux, et bientôt peut-être, de France.

Interview de Mickael

Le 20 janvier s’ouvrira à Lyon la dixième édition du championnat de France du café. Dans la catégorie Latte Art, Mickael Humbert, barista au Verde Nero, espère monter sur la plus haute marche du podium.

Avant il était Barman. Mais ça, c’était avant. Car depuis environ deux ans Mickael Humbert est devenu barista. Et il sera bientôt torréfacteur. C’est dire la place que le café a pris dans sa vie. Selon lui, c’est avant tout un art de vivre.


Mais c’est aussi un sport. La préparation à la compétition lyonnaise lui a pris plus de 100 heures d’entraînement ces derniers mois. Dessiner, grâce à un nuage de lait, un motif sur la crème d’un café lui permet d’exprimer une large palette de son art.

Mickael Humbert a déjà concouru au championnat de France de Latte art l’an dernier. Son designer latte, d’inspiration florale, avait impressionné le jury.

Si il ne peut nous dévoiler l’œuvre qu’il présentera à Lyon dans dix jours maintenant, nous ne pouvons qu’espérer qu’elle lui ouvrira, cette fois, les portes du podium.

Découvrez la prestation de Mickaël lors des derniers Championnat de France de Latte 2016

On peut y apercevoir Mickael Humbert dès les premières minutes. Retenez bien son visage. Car lors de votre prochaine visite au Verde Nero, vous aurez peut-être la chance de déguster un latte de compétition.